On se retrouve à l’intérieur !

Une étude comportementale des rongeurs, par le Docteur Stuart Mitchell

Les rongeurs perçoivent plus de choses que nous pouvons l’imaginer. Grâce à la perception des rongeurs, nous adoptons la bonne marche à suivre. Les sens aiguisés des rongeurs peuvent contourner nos lignes de défenses. Malgré notre ardeur, les rongeurs nous rejoindrons à l’intérieur.
Le système nerveux sympathique (SNS), ou « réponse combat-fuite », et le système nerveux parasympathique (SNP), ou « repos et digestion », ont des effets différents sur la perception. Le SNS augmente la vigilance et la réactivité aux stimuli, tandis que le SNP facilite la relaxation et un traitement des sensations plus approfondi. Les deux systèmes travaillent de concert pour réguler l’état physiologique et optimiser la perception basée sur la stimulation externe.
Les rongeurs font preuve de métacognition, c’est-à-dire de conscience et de compréhension de leurs processus de pensée. En tant qu’animaux pensants et apprenants, ils résolvent des problèmes et utilisent des outils. Les rongeurs font preuve d’empathie, la capacité de comprendre et de partager les sentiments des autres. Même les rongeurs inexpérimentés apprennent à connaître de nouveaux environnements en observant les rongeurs expérimentés.
L’environnement des rongeurs est riche en stimulations externes. Ce sont des animaux hyperesthésiques, c’est-à-dire qu’ils possèdent une sensibilité accrue à la vue, à l’ouïe, à l’odorat, au goût et au toucher en fonction de la situation. De manière organoleptique et en quelques microsecondes, les rongeurs recueillent les données sensorielles de l’environnement. Ces données permettent alors un comportement adapté à l’exploitation des ressources par ces animaux qui en dépendent.

Les molécules en suspension dans l’air comme ressources pour les rongeurs
Les rongeurs peuvent détecter et exploiter les molécules en suspension dans l’air. Ils peuvent sentir les odeurs d’autres rongeurs, de nourriture, de déchets, de compost, de prédateurs et bien d’autres à grande distance. Grâce à leur reconnaissance des odeurs en environ 50 ms, les molécules en suspension permettent aux rongeurs de se diriger vers une récompense ou d’échapper à des dangers.

La végétation comme ressource pour les rongeurs
Les rongeurs sont attirés par une végétation mal gérée et l’exploitent. La dissémination involontaire de la végétation leur offre des voies de déplacements cachés efficaces, des matériaux de nidification diversifiés, des refuges de haute qualité et des sources de nourriture. Grâce à leurs sens de l’odorat, du goût et du toucher (proprioception), les rongeurs s’orientent efficacement dans la végétation dense. La végétation permet la dévastation par les nuisibles.

Les ombres comme ressources pour les rongeurs

Les rongeurs préfèrent exploiter et se déplacer dans les zones d’ombres. Ils utilisent la substitution visuelle, c’est-à-dire qu’ils « voient » à travers leur ouïe ou leur toucher. En conséquence, les rongeurs se débrouillent bien dans les zones peu éclairées, comme les coins par exemple. Les ténèbres leur offrent un sentiment de protection et leur permettent de se déplacer de manière dissimulée derrière les objets ou le long des murs, là où la visibilité est réduite. Les zones faiblement éclairées deviennent alors des endroits problématiques et précaires pour les humains.

Les lignes directrices structurelles comme ressources pour les rongeurs
Les rongeurs exploitent les structures qui leur offrent des lignes directrices pour se déplacer. Les structures comme les coins, les murs, les clôtures ou les éléments architecturaux linéaires permettent un déplacement dissimulé et efficace dans l’environnement. Les rongeurs possèdent des vibrisses spécialisées sur le museau, les pieds et la queue qui permettent une navigation dans des environnements complexes. Avec une trajectoire claire, les rongeurs peuvent balayer des surfaces de leurs vibrisses à des vitesses allant de quelques mm/s à plus d’1 m/s. En suivant des lignes, les rongeurs voyagent rapidement et sûrement.

Les trous comme ressources pour les rongeurs
Les rongeurs peuvent pénétrer dans une structure en exploitant les trous, les fissures et les interstices de plus de 6 mm. Les trous sont facilement exploités par les rongeurs, ce qui en fait l’infraction la plus fréquente lors des audits. Grâce à leurs vibrisses sensorielles, à leur rongement diastématique efficace, à leur crâne quasi-plat, à leur squelette flexible, à leurs côtes pliables, à leur absence de clavicule et à leurs articulations flexibles, les rongeurs utilisent les trous comme des péages sans barrières !

Les déchets comme ressources pour les rongeurs
Les rongeurs exploitent les accumulations d’ordures comme une source fiable de nourriture riche en calories. Les rongeurs ont déjà été observés en capacité de détecter des odeurs à des concentrations aussi basse que quelques parties par millions (ppm), et sont ainsi attirés par les molécules organiques provenant des aliments et résidus alimentaires présents à l’intérieur et autour des bennes à ordure. Les bennes, sites de ressources d’une richesse extraordinaire, fournissent aux rongeurs des déchets qui sont autant de « monnaies métaboliques ».

Les excréments, l’urine et le sébum comme ressources pour les rongeurs
Les excréments, l’urine et le sébum (sécrétion huileuse) des rongeurs contiennent des phéromones (du grec pherein, « transmettre » + hormones), qui assurent la communication au sein de l’espèce. Les rongeurs perçoivent les excrétions et les sécrétions de phéromones par l’odorat. Les phéromones transmettent l’identité, le statut reproductif, la hiérarchie sociale et les limites territoriales. Les rongeurs utilisent les phéromones pour prendre des décisions.

Les ressources du professionnel du contrôle des nuisibles
Via une application mobile et des dispositifs de détection à distance des rongeurs, les professionnels recueillent des données sensorielles de l’environnement. Ces données permettent d’exploiter le comportement des rongeurs. La technologie avancée des dispositifs de télédétection gardent les rongeurs à l’extérieur grâce à une détection précoce et à des interventions ciblées et opportunes. Lorsque des rongeurs sont détectés, les appareils savent quand et où ils se déplacent, tout en enregistrant leur activité. Les données collectées identifient les ressources exploitables par les rongeurs, permettant la mise en place de traitements efficaces par le professionnel.
Grâce à la combinaison d’une détection précoce, d’une réponse rapide et de données fournies par les dispositifs de détection, les sens affûtés des rongeurs ne peuvent plus contourner nos défenses. Nous ne nous soumettons pas ! Les professionnels du contrôle des nuisibles gardent les rongeurs à l’extérieur !